L'incandescence de ma plume
Encense l'atmosphère
De l'indécence de sa décadence.
Ni les sentences, ni les remontrances
Ne sauraient néanmoins en amoindrir son existence,
Et pas plus qu'une duègne se targuerait de sa régence,
Pas une seule seule règle ne saurait prêter une oreille à sa souffrance,
Et pas une seule langue faire fléchir son insolence.
C'est ainsi que se dessine sa délivrance:
Ennemie de la bienséance et fille de sa seule prévalence,
Rien ni personne ne saurait tarir son appétence
Dans cette quête éternelle d'une lascive subsistance.
Elle ne se soucie ainsi d'aucune ingérence;
Et telle une jeune rose en pleine effervescence
C'est de l'abattement de sa florescence
Qu'elle craint plus que de la chute de ses défenses.
Et c'est ainsi ,que se refusant à toute pénitence,
Abhorrant la plus subtile des réticences à sa
Transcendance
C'est dans le plus beau des tombeaux célestes qu'elle va trouver sa cohérence.